Page publique
www.hautvillers-ouville.fr
http://www.hautvillers-ouville.fr/public/perso/img-r52-a34.jpg

sous menu
LA COMMUNE
► ACCUEIL
► HAUTVILLERS-OUVILLE en quelques mots
► Etat civil
► Conseil Municipal
► Service communal
► Délégués dans les instances intercommunales
► Bulletin municipal
► SERVICE SCOLAIRE

calendrier
Mois précédent Novembre 2017 Mois suivant
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
Cliquez sur les cases rouges pour afficher l'évènement du jour.
Rechercher : http://www.hautvillers-ouville.fr/public/img/loupe.gif

HAUTVILLERS-OUVILLE en quelques mots


                                  

        
      Grande Rue Hautvillers 

 
  
 

HAUTVILLERS-OUVILLE
En quelques mots.....

A six kilomètres au nord d'Abbeville, à trois pas de géant de la forêt de Crécy, à quelques battements d'ailes de la baie de Somme dont le rayonnement touristique s'est vu renforcé par l'implantation de l'A16 et en bordure de la R.D 1001: voilà située la commune d'Hautvillers inséparable du hameau d'Ouville.

Hautvillers-Ouville, donc, est un village picard qui ne cesse de voir grossir le nombre de ses habitants; de 375 en 1999, il est passé à plus de 600 actuellement.

Un peu d'histoire :

La mention la plus ancienne d'Hautvillers, fréquemment nommé Ouvillers jusqu'au XVIIIe siecle apparaît sous la forme d'Altus villaris dans un dénombrement présenté par l'abbaye de Saint-Riquier à l'empereur Louis Ier le Pieux en 831. Le hameau d'Ouville a toujours été rattaché au bourg principal.
La seigneurie d'Hautvillers relevait des châtelleries de Domvast et de la Ferté-lés-Saint-Riquier. Le premier seigneur connu semble être François Adolphe de Monsures, écuyer ordinaire de la petite écurie du roi en 1693. En 1763, la seigneurie appartenait au chapitre collégial Saint-Vulfran d'Abbeville.
Comme la plupart des villages alentours, Hautvillers-Ouville fut pillé en 1475 par les Français qui poursuivaient les troupes du Duc de Bourgogne, puis incendié lors de la guerre de Trente ans, en août 1636, par les Espagnols que conduisaient le redoutable capitaine Jean de Vert.

Le promeneur n'échappe pas à l'envie de franchir le seuil de l'ancien cimetière. En effet, là se trouve l'église dont la création remonterait au XVIIIéme siècle. Si l'on observe les murs de près, on y découvre des tas de petits signes qui sont en fait des témoignages de son histoire, gravés par les habitants : remplacement d'un crucifix dans la nef ou encore, bris d'une cloche, en 1820.
Et si l'on entre, on s'aperçoit que le sanctuaire abrite un haut-relief datant du XVIIIéme, représentant l'assomption de la vierge; il est attribué au sculpteur autrichien Pfaffenhofen et a été classé monument historique en 1983.

Au sortir du cimetière, la route peut nous emmener au village voisin, Lamotte-Buleux. En chemin, on passe alors inévitablement devant l'arbre des croisettes, un magnifique tilleul classé arbre remarquable. Certes d'aucun diront qu'il est dangereux. Mais, qu'on se rassure, tout sera bientôt mis en oeuvre pour sécuriser les lieux. "Croisettes" ne signifie pas "Croisement" comme on pourrait trop facilement le croire. Prés du tilleul, se dresse un calvaire, devant lequel passaient les convois funéraires de Lamotte-Buleux qui n'avait ni église, ni cimetière. Les fidèles déposaient de petites croix (Croisettes) au pied du calvaire et de l'arbre. Après la cérémonie, la paille sur laquelle on avait posé le cercueil dans la charrette étaient laissée elle aussi à cet endroit. L'arbre des Croisettes est donc le symbole encore bien vivant des rites funéraires d'antan.

Industrie, agriculture et commerces à Hautvillers-ouville:

Autre symbole propre à la commune: les établissements Porquet devenus désormais établissements Watts. Depuis 1950, ils en ont vu défiler des générations d'habitants du village et de ses environs !
Pour compléter et achever ce portrait d'Hautvillers-ouville, on peut citer les repères que sont l'entreprise de travaux agricoles Dairaine, la CUMA des villages, le GAEC Boizard et la ferme Hautbout, implantés aux quatres coins du territoire.

Impossible d'oublier la boulangerie-pâtisserie "Aux plaisirs du goût" et
" Chez JO" , bien connus au-delà des frontières de la commune.

La citation finale reviendra au domaine de La Triquerie, la propriété très joliment boisée du comte de Louvencourt située tout au bout d'Ouville en direction de Drucat-Le Plessiel.



 

 

 

 

 

 

 

  

Copyright (c) 2005 - Tous droits réservés. http://www.hautvillers-ouville.fr/public/perso/enveloppe.jpg Nous contacter ImaWeb  &  A GE D I